Nouveaux missiles, guerre électronique, déni d'accès et bastions stratégiques : comment la Russie pourrait prendre l'ascendant sur un champ de bataille européen

La Russie met en service de nouveaux missiles auxquels les forces de l'OTAN seront très vulnérables, et des systèmes de guerre électronique capable d'éroder l'avantage technologique des Occidentaux, tout en renforçant ses capacités de déni d'accès. De quoi changer la donne sur un champ de bataille ?

Nouveaux missiles, guerre électronique, déni d'accès et bastions stratégiques : comment la Russie pourrait prendre l'ascendant sur un champ de bataille européen

Le constat valait déjà du temps de la Guerre froide et s'applique à nouveau depuis moins quelques années : la Russie bénéficie en Europe d'une supériorité militaire qui serait rapidement dépassée par l'arrivée de renforts américains et une pleine mobilisation des ressources de l'Europe en cas de conflit. Elle accuse globalement un certain retard technologique sur les forces occidentales, malgré la mise en service d'armements de haute technologie et un matériel en dotation généralement plus nombreux et plus disponible que dans les forces européennes. Dans le cadre d'une guerre conventionnelle en Europe, elle constituerait un adversaire redoutable capable d'avoir la haute main durant la première phase du conflit, avant de céder devant la force conjuguée des États-Unis et de ce qu'il restera des forces européennes. En restant sous le seuil nucléaire, même au plan tactique, la seule solution qu'aurait la Russie pour tenir la dragée haute à ses adversaires serait de disposer « d'armes miracles » capables de renverser la situation.

Or, il s'avère en ce début de décennie 2020 que la Russie dispose non pas d'armes miracles, mais de technologies potentiellement capables de bouleverser la donne sur le champ de bataille : de nouveaux missiles auxquels les forces de l'OTAN seront très vulnérables, des systèmes de défense anti-aérienne et de déni d'accès très performant, et des capacités en guerre électronique capables d'éroder très sérieusement l'avantage technologique des Occidentaux. De quoi changer l'issue d'affrontements futurs sur le champ de bataille ?

Outre ces nouveaux armements et technologies, les armées russes pourraient rééquilibrer d'une autre manière les rapports de force dans le cas d'un affrontement en Europe. L’État-major russe est pleinement conscient de l'avantage dont disposent les forces de l'OTAN, américaines en premier lieu. Un conflit entre la Russie et ses potentiels adversaires occidentaux serait symétrique concernant la nature des belligérants (des puissances étatiques capables de mener des combats de haute intensité et déterminés dans la durée), mais dissymétrique en termes d'équilibre des forces puisque celui-ci serait largement inégal. Face à cette situation, les forces russes cherchent à réduire leur désavantage face à un adversaire potentiel bien plus puissant en développant des situations d'asymétrie. La puissance russe au XXIe siècle se construit largement en miroir de celle des Occidentaux, en se concentrant sur les faiblesses de ces derniers pour compenser leur supériorité globale. Ceci vaut par exemple pour la « guerre de l'information », mais aussi pour le développement de technologies militaires capables de fragiliser l'avantage des armées occidentales, comme nous l'abordons dans cet article.

Dans la perspective d'un conflit en Europe, les forces russes pourraient aussi installer une situation d'asymétrie grâce à une utilisation habile de l'espace. En quoi pourrait-on parler d'asymétrie ? La fragilisation de la supériorité occidentale reposerait ici sur la défense par la Russie de points stratégiques très difficiles à prendre, contraignant les forces de l'OTAN à redoubler d'effort ou à rechercher d'autres options moins coûteuses en hommes et en matériel pour progresser face à l'ennemi. Il s'agit de suppositions vis-à-vis de ce que pourrait être une tactique efficace pour les forces russes, mais plusieurs éléments leur donnent du crédit. D'abord, le développement de « bastions » et de « bulles » capables de mener la vie dure aux forces de l'Alliance grâce à des capacités de déni d'accès dont nous verrons l'importance. Ensuite, l'utilisation potentielle de certains avantages géographiques qui à défaut de pouvoir renverser l'issue d'un conflit, pourraient changer celle de certains affrontements.

La supériorité russe dans les armes hypersoniques bouleverse les rapports de force


L'hypervélocité est l'un des principaux enjeux technologiques militaires de ce début de XXIe siècle (un véhicule est qualifié d'hypersonique lorsqu'il peut se déplacer à une vitesse supérieure à Mach 5, soit généralement au-delà de 6 174 km/h (1,7 km/seconde), là où ce qui est compris entre Mach 1,2 et Mach 5 est qualifié de supersonique). Or, dans ce domaine, la Russie a réussi à prendre de vitesse le reste du monde en développant des capacités supérieures. L'exemple le plus emblématique est évidemment le missile Avangard, capable d'emporter des têtes conventionnelles ou nucléaires sur 6 000 km de distance à une vitesse moyenne équivalente à Mach 20 (24 700 km/h), vitesse pouvant grimper à 27 fois celle du son (33 000 km/h). Outre sa vitesse qui le rend aujourd'hui (et sans doute pour longtemps) de fait impossible à intercepter, Avangard peut modifier brusquement sa trajectoire pour la rendre imprévisible avant impact, corrigeant ainsi le principal défaut des missiles balistiques qui est la prévisibilité de leur trajectoire. L'Avangard additionne les avantages du missile balistique et ceux du missile de croisière, tout en évacuant les faiblesses de chacun d'eux. Ce planeur hypersonique, qui sera lancé à terme par le missile balistique intercontinental RS-28 Sarmat, sera le premier HGV (Hypersonic Glide Vehicle) à être déployé, alors que Moscou comme Washington ambitionnaient depuis plusieurs décennies de disposer de tels engins.

A un niveau tactique, la Russie a déjà mis en service un missile hypersonique de croisière, le Kh-47М2 Kinjal, dérivé du missile Iskander. Celui-ci est supposé pouvoir atteindre une vitesse de l'ordre de Mach 10 à Mach 12 (12 000 à 14 700 km/h), pour une portée estimée à 2 000 km. Si de telles performances sont avérées, il apparaît que le missile Kinjal, qui est aujourd'hui le seul missile aérobalistique (ALBM)en service au monde1, est tout simplement impossible à arrêter par les systèmes de défense occidentaux actuels. Certains experts estiment que ce missile serait plus dangereux pour la marine américaine que les fameux missiles « tueurs de porte-avions » chinois2. Pour Fabrice Wolf, avec le missile Kinjal, « la Russie prend l'initiative stratégique en Europe3 » sur le plan aérien, « créant une situation unique depuis les années [19]50 ». Auparavant, les forces occidentales pouvaient compenser leur infériorité sur le plan des forces terrestres stationnées en Europe par leur capacité à faire peser une menace aérienne sur les dispositifs russes et à s'assurer rapidement la supériorité dans le ciel. Alors que les Russes ont en grande partie remédié à ce problème en renforçant leurs capacités défensives au sol à un rythme qui a surpris les Occidentaux, et en modernisant leurs forces aériennes, l'entrée en service des missiles Kinjal bouleverse la situation puisque la Russie dispose désormais de capacités de frappe en profondeur apparemment impossibles à intercepter.

La Russie va accroître cette supériorité avec l'entrée en service prochaine (prévue pour courant 2021 ou 2022) des missiles de croisière hypersoniques 3M22 Tsirkon (ou Zircon), censés pouvoir détruire des cibles terrestres, marines ou sous-marines distantes de plus de 1 000 km à une vitesse équivalente à huit à neuf fois celle du son (soit plus de 11 000 km/h). Du fait de l'exigence technique de ces missiles, leur admission au service actif a déjà été repoussée, mais leur déclaration d'opérationnalité n'est plus qu'une question de temps. En janvier 2020, la Russie effectuait ainsi un nouveau test concluant du Tsirkon sur la frégate Amiral Gorshkov : tiré depuis la mer de Barents, le missile détruisait sa cible dans le nord de l'Oural, à plus de 500 km de distance4. En octobre de la même année5, une frégate a cette fois testé le missile Tsirkon contre une cible navale, distante de 450 km et à une vitesse supérieure à Mach 8 (9 878 km/h), opération rééditée en décembre avec le même succès. L'utilisation du missile hypersonique Tsirkon va être généralisée pour la plupart des types de navires de combat, ce qui va considérablement renforcer les forces navales russes et leur permettre d'améliorer les rapports de force avec les marines occidentales, voire de prendre l'ascendant sur elles dans certaines configurations.

Toujours du côté des missiles de croisière, le missile Kalibr n'entre pas dans la catégorie des armes hypersoniques, mais va lui aussi contribuer à réduire l'écart avec l'OTAN. La version 3M-14E du missile Kalibr aura une portée comprise entre 1 500 et 2 500 km6(en phase terminale) et permettra, sur une telle distance, de couvrir aussi bien l'Europe, le Moyen-Orient et l'espace arctique que les zones du Pacifique susceptibles de devenir un terrain d'affrontement majeur, offrant aux forces russes un avantage sur les théâtres les plus stratégiques. En octobre 20207, notre Marine nationale a effectué le premier test (réussi) d'un missile de croisière naval (MdCN) depuis un sous-marin, le Suffren : la France fait désormais partie des rares pays au monde, avec les États-Unis, le Royaume-Uni (qui utilise les missiles Tomahawk américains) et la Russie à pouvoir frapper depuis les mers des infrastructures lourdes dans la profondeur des terres – le MdCN ayant une portée excédant 1 000 km. Nos performances resteront cependant en-deçà de celles des missiles de croisière russe, en tout cas s'agissant de la portée. La version 3M-54E du missile Kalibr, conçue pour la lutte anti-navires, aura quant à elle une portée de 220 km, dix fois moindre que celle du 3M-14E, mais pourra atteindre une vitesse Mach 2,9, soit près de 3 600 km/h. Ce missile volera extrêmement bas (ce qui améliorera sa furtivité) et saura effectuer des manœuvres « souples » qui le rendront d'autant plus difficile à intercepter.

Le développement des missiles anti-navires Kalibr 3M-54E est à resituer dans le contexte d'une modernisation de la flotte russe : perfectionnement  des avions de patrouille maritime et lutte anti-sous marine (Tu-142 modernisés) et bombardiers supersoniques (Tu-22M), développement des drones de combat furtif (Okhotnik-B), entrée en service récente ou programmée d'un grand nombre de sous-marins de classe Kilo nouvelle génération (projet 636) extrêmement difficiles à détecter, bombardiers à long rayon d'action modernisés capables de harceler les flottes occidentales pour compliquer acheminements de renforts et opérations d'ampleur.... Nous entrons dans une situation où les forces navales de l'OTAN, dont les nôtres, auront beaucoup plus de difficultés à progresser en mer Baltique ou en mer Noire, et verront leur avantage réduit sur des théâtres maritimes méditerranéens ou arctiques. Dépassée en 2016 par la marine chinoise, la « Flotte maritime militaire de Russie » reste la troisième marine du monde avec un tonnage d'environ 1,2 million de tonnes. Malgré leur taille critique héritée de l'époque soviétique, les forces navales russes ont cependant été régulièrement pointées du doigt pour leur vieillissement, leur retard technologique (qui tend péniblement à être rattrapé) et leur manque d'adaptation aux nouvelles réalités du monde maritime. La Russie a certes opéré depuis une dizaine d'années une remontée en puissance de ses forces navales qui s'est accélérée depuis l'arrivée de Valery Gerasimov au poste de Chef d’État-major, mais elle s'incline toujours sur les mers face aux flottes occidentales. Là où notre porte-avions Charles de Gaulle incarne l'excellence technologique de la Marine nationale, la vétusté du porte-avions russe Amiral Kouznetsov, dont la cheminée crache un impressionnant panache de fumée noire, illustre le retard de la marine russe (qui ne possède qu'un seul porte-avions là où les seuls États-Unis en déploient onze à l'heure d'écrire ces lignes). Même en développant des technologies égalisatrices comme l'inquiétant missile hypersonique Tsirkon ou en renforçant le tonnage et la qualité de leurs flottes, les forces navales russes ne cherchent pas à se mettre à la hauteur des forces navales occidentales ou prendre l'ascendant en haute mer (ce que cherche en revanche à faire la Chine). Les programmes de modernisation et d'extension de la flotte russe sont essentiellement tournés vers la défense ; la puissance navale russe des années 2020 semble davantage suivre la doctrine de défense du territoire défendue autrefois par l'amiral Kouznetsov, que celle prônée à la même époque par l'amiral Gorshkov, partisan de la constitution d'une flotte de haute mer. Cette logique inclut en revanche un soutien à des opérations terrestres et aériennes sur un potentiel théâtre européen.

Les objectifs annoncés (ou discernables) qui guident le renforcement de la marine russe en disent long. L'accent est mis sur un renforcement des capacités de déni d'accès, notamment dans les mers Baltique, Noire et Blanche et même Caspienne, alors que les capacités de déni d'accès actuelles (« bulles A2/AD ») sont déjà considérables bien que moins impénétrables que ne le laissent entendre nombre de déclarations d'observateurs militaires américains. Au-delà de cette amélioration de la défense du territoire russe et de son « étranger proche » (donc de la potentielle zone d'intervention massive des armées russes), la marine russe améliore ses capacités de projection et d'intervention sur des théâtres éloignés (mers du Nord et de Barents, golfe Persique et Méditerranée orientale), en cohérence avec les réformes au sein de l'armée de Terre. Les forces navales russes vont poursuivre dans les prochaines années leur modernisation, via des programmes sur lesquels nous ne nous étendrons pas car ils ne seront pas de nature à infléchir les rapports de force avec l'OTAN ; nous pouvons encore souligner, comme le fait Igor Delanoë, que la marine russe est « largement déshéritée8 » par le programme d'armement 2018-2027 dont elle est le parent pauvre. Ainsi, bien qu'elles conservent le troisième rang mondial derrière les États-Unis et la Chine en termes de tonnage, les forces navales russes ne sont pas en capacité de se hisser au niveau des marines occidentales et elles n'en ont pas l'objectif. Cependant, le développement des missiles Kinjal, Tsirkon et Kalibr 3M54-E leur conférera pour longtemps un avantage que Moscou entend pérenniser. Des projets voisins sont également sur le point d'aboutir dans l'aviation, où des missiles de nouvelle génération vont être mis en service dans la décennie 2020 : la Russie va ainsi, entre autres, équiper ses avions de chasse de missiles R37M, fabriqués par Vympel, d'une vitesse supérieure à 6 000 km/h et d'une portée s'étendant de 150 à près de 400 km.

Il nous faut ajouter au développement des capacités russes dans le domaine hypersonique les progrès accomplis par la Chine : que le partenariat russo-chinois évolue ou non en alliance militaire, la Chine et la Russie sont toutes les deux en passe de devenir leaders dans le domaine hypersonique, et dans le développement de missiles subsoniques ou supersoniques de différents types capables d'handicaper sérieusement les forces occidentales sur le champ de bataille. On parle déjà beaucoup depuis plusieurs années des missiles chinois Dongfeng moyenne portée (DF-17, DF-21) ou à portée intermédiaire (DF-26). Le DF-21D (version anti-navires du DF-21), surnommé « tueur de porte-avions », a suscité autant de fantasmes que de doutes sur ses capacités réelles, mais semble aujourd'hui capable d'infliger de lourds dommages à la marine américaine en cas de conflit. Le DF-26, lui, est surnommé « Guam killer » puisqu'il pourrait frapper depuis le sol chinois les installations militaires américaines sur la très stratégique île de Guam, distante d'environ 4 750 kilomètres des côtes chinoises – la Chine entretient le flou sur la possibilité que le DF-26 puisse emporter une charge nucléaire. Le DF-17, capable d'atteindre une vitesse Mach-5 (6 125 km/h), est avec les missiles russes l'un des seuls missiles hypersoniques en service dans le monde depuis octobre 2019. Il pourra emporter le planeur hypersonique DF-ZF, potentiellement capable d'atteindre Mach 10 (12 350 km/h). Àl'automne 2020, une vidéo amateur d'un bombardier Xian H-6 portant sous son fuselage ce qui semblait être un missile hypersonique DF-179a suscité de nombreuses spéculations. S'il est avéré – c'est d'ailleurs l'hypothèse la plus probable – que la Chine dispose de missiles hypersoniques aéroportés, c'est-à-dire capables d'être tirés depuis un avion comme c'est le cas du Kinjal russe, ceci contribuera à bouleverser l'équilibre des forces entre les forces chinoises et américaines en Asie-Pacifique. Selon Fabrice Wolf, « sur la base d'une transposition des performances du DF-17 et du booster plus imposant qui équipe le nouveau missile, ainsi que de sa composante aéroportée, la portée de ce nouveau vecteur devrait atteindre, à minima, celle du missile DF-26, soit entre 4 000 et 4 500 km. Le planeur hypersonique DZ-DF permettra  […]de conserver une vitesse hypersonique supérieure à Mach 5 jusqu'à l'impact ou la détonation de la charge [...]tout en conservant une importante manœuvrabilité, rendant inopérant[s] les systèmes anti-missiles balistiques […]. A la portée du missile lui-même s'ajouterait naturellement le rayon d'action du bombardier H-6N de 3 500 km et potentiellement bien davantage par ravitaillement en vol. Ainsi, Pékin aurait capacité à frapper des cibles aussi éloignées que Honolulu ou Sydney avec des missiles à charge conventionnelle, une capacité nouvelle pour les autorités chinoises10 ».

Au global, la supériorité de la Russie dans le domaine hypersonique, où les Américains ont été pris de vitesse et pourraient être distancés par la Chine, est un véritable game changer, tout comme le développement par Moscou de missiles non-hypersoniques en mesure de lui procurer un avantage sur le terrain. Le déploiement de missiles pour longtemps hors d'atteinte des défenses occidentales, et capables pour certains de menacer des forces adverses à l'échelle de régions entières de la taille de l'Europe ou du Moyen Orient, va bouleverser les rapports de forces entre la Russie et ses adversaires potentiels. Si les nouveaux missiles russes ont fait l'objet d'un buzzet d'une mythification au même titre que les capacités A2/AD de la Russie ou la nature de son arsenal nucléaire tactique, tout montre qu'ils seront en capacité d'éroder l'avantage relatif des forces de l'OTAN en cas de conflit en Europe. Au point de peser sur le cours d'affrontements déterminants ?



Guerre électronique : comment la suprématie russe pourrait changer la donne sur le champ de bataille


La domination des forces occidentales, américaines en premier lieu, repose on le sait sur leur avance technologique dans pratiquement tous les domaines. Et si cette situation était en voie d'être partiellement remise en cause par la suprématie de la Russie dans la guerre électronique ? Il s'agit désormais d'un risque très crédible. Depuis la fin de la Guerre froide, les forces occidentales ont accru de manière exponentielle leur dépendance aux systèmes électroniques sans développer suffisamment de protections pour ces derniers. De plus, les forces russes, qui n'ont jamais baissé la garde sur l'innovation dans le « haut du spectre » et la préparation aux conflits de haute intensité, ont fortement misé sur les technologies de guerre électronique quand les forces américaines les ont négligées, sans parler bien sûr des Européens. Notre avance technologique est-elle paradoxalement devenue un tendon d'Achille ? S'il ne faut pas généraliser, ce pourrait bien devenir le cas dans certains affrontements. Les technologies de brouillage électromagnétiques développées et testées par les armées russes (et dans une moindre mesure chinoises) sont désormais jugées capables de rendre partiellement ou totalement inopérants la plupart des équipements américains – et évidemment ceux des forces alliées, réduisant considérablement leur avantage technologique et retournant le rapport de forces sur le champ de bataille. Nombre d'experts américains estiment aujourd’hui que le Pentagone a sous-évalué les capacités de brouillage russes ou chinoises (ou surévalué la capacité des équipements américains à y faire face), au point que l'on peut parler d'un réveil douloureux.

La Russie a été l'un des premiers pays à s'investir dans le domaine de la guerre électronique, même lorsque celle-ci n'était pas encore conçue comme telle. Dès la guerre russo-japonaise de 1904-1905, les forces russes brouillaient avec succès les communications de la flotte japonaise11 ; elles n'ont jamais perdu de vue les potentialités offertes par le spectre électromagnétique et ont continuellement développé des technologies dans ce domaine12au point d'y prendre de l'avance sur le reste du monde. Une large partie des capacités russes actuelles en matière de guerre électronique était en développement depuis la fin de l'époque soviétique13. Les forces occidentales, elles, n'ont que peu développé leurs capacités dans le domaine, y compris les États-Unis qui ont largement sous-estimé l'enjeu au point de ne se réveiller qu'à la fin des années 2010, surpris par l'avance prise par la Russie. Tout comme celles des autres grandes puissances occidentales, les forces américaines ont accru de manière exponentielle leur dépendance aux systèmes électroniques sans développer suffisamment de protections pour ces derniers. Les États-Unis sont pour l'heure en train de perdre14la course à l'innovation dans le spectre électromagnétique face à la Russie15, et l'écart avec cette dernière s'accroît dangereusement. Marc Chassillan résume l'enjeu ainsi :« les Russes vouent une véritable vénération à la guerre électronique et ils possèdent un ensemble de moyens uniques s’échelonnant du niveau compagnie au niveau théâtre. [...] leur présence sur un théâtre d’opex pourrait créer de très mauvaises surprises pour les forces occidentales, trop sûres d’agir en situation de confort opératif16 ».

Un rapport de Roger McDermott publié en 2017 par un institut de recherche lié au ministère estonien de la Défense et préfacé par le général américain Michael Hayden, ancien directeur de la CIA et de la NSA, s'attardait sur les capacités russes en matière de guerre électronique et leur développement d'ici 202517. Si Hayden véhicule une réputation sulfureuse en raison de ses pratiques à la tête du renseignement américain et de son rôle dans l'affaire Snowden, McDermott est un chercheur respecté ; le rapport concluait que « plus que n'importe quel autre facteur dans le développement des capacités militaires conventionnelles de la Russie, l'EW [electronic warfare, souvent traduit en français par GE, guerre électronique] pose un défi fondamental et de long terme pour l'Alliance18 ». Le think tank américain modéré The American Security Project, qui compte parmi ses membres fondateurs John Kerry et se distingue aux États-Unis par l'accent mis sur le changement climatique, l'importance du désarmement nucléaire, ou encore le réchauffement des relations avec Cuba, a publié en avril 2020 une autre étude sur la menace que représentent les capacités russes en matière de guerre électronique. Le rapport insistait sur le fait que les capacités électromagnétiques russes ne sont pas aussi puissantes qu'avancé par la propagande de Moscou et sur le besoin de nuancer certaines idées reçues, mais confirmait la gravité du danger : les forces russes seraient bien en capacité de remettre en cause la suprématie américaine sur le champ de bataille tant leurs capacités dans le spectre électromagnétique sont développées et en avance sur celles des États-Unis et de leurs alliés.

Sur le terrain, l'efficacité des systèmes de guerre électronique russes n'est plus à démontrer. Au début du conflit russo-ukrainien, les forces russes auraient attaqué des équipements électroniques ukrainiens (surtout des radios) fabriqués en Russie en utilisant une sorte de faille (le colonel ukrainien Ivan Pavlenko parle de « virus ») dont elles avaient connaissance19. Les Russes ont-ils vendu aux Ukrainiens des équipements électroniques piégés ? S'il est difficile de répondre à cette question, on peut en tirer quelques enseignements. Citant une étude de  l'Asymmetric Warfare Group, lié à l'US Army, Sébastien Roblin rapporte que en Ukraine, « les brouilleurs, qui perturbent les signaux de commande, ont abattu plus de 100 drones ukrainiens, tandis que le renseignement électromagnétique a été utilisé pour cibler des frappes mortelles d'artillerie20 ». Le dernier point est à rapporter avec le fait que la Russie ait utilisé les signaux des téléphones portables de soldats ukrainiens pour les bombarder. Les Russes continuent de déployer des capacités offensives dans le pays. En avril 2019, on apprenait ainsi qu'un système de guerre électronique russe dernier cri avait été repéré dans le sud-est de l'Ukraine21.

La Russie a été soupçonnée plusieurs fois de brouiller les GPS des forces de l'OTAN lors d'exercices à ses frontières, notamment lors de l'exercice « Trident Juncture 2018 » où même les GPS des civils norvégiens et finlandais présentaient des dysfonctionnements22. Il semble même que le brouillage de GPS soit utilisé pour protéger le délirant « palais de Poutine » dont le régime a cherché à cacher coûte que coûte l'existence au peuple russe23... Les forces de l'OTAN ont déjà été handicapées par l'usage de leurs propres matériels de brouillage électromagnétique lors d'entraînements incluant l'emploi d'avions américains de guerre électronique EC-130H Compass Call (modèle que le Pentagone a commencé à retirer du service en janvier 2020). Le brouillage généré par ces appareils pourtant bien moins puissants que les systèmes russes avait été suffisamment fort pour clouer au sol les autres avions qui devaient prendre part à l'exercice, au point que les Compass Call ont du être sortis de ces différents exercices pour permettre aux avions rendus inopérants par ces brouillages de décoller. Les Américains peuvent retirer leurs appareils systèmes de brouillage en plein exercice pour ne pas gêner leurs propres avions de combat et ceux de leurs alliés, mais on peut douter du fait qu'en situation d'affrontement, Russes ou Chinois remiseraient leurs appareils de guerre électronique pour laisser aux Occidentaux la maîtrise du ciel... Alors que nombre de voix s'élèvent outre-Atlantique pour pointer le manque de préparation et le retard du Pentagone comme des entreprises américaines de l'armement face aux capacités russes et désormais chinoises en matière de guerre électronique, certains officiers dénoncent le fait que les exercices d'entraînement soient irréalistes et « trop faciles » tant ils négligent l'adversaire ; pour eux, les armées américaines ne sont en réalité pas prêtes face à cette nouvelle réalité24. Il est intéressant de constater que le Pentagone, qui exagère parfois les menaces adverses dans le but d'accroître ses financements, a ici dangereusement sous-estimé une menace de premier ordre.

Si les Américains ont la mauvaise surprise de se découvrir en difficulté sur le terrain de la guerre électronique, les Européens (Français inclus) sont pratiquement hors jeu. Nous ne disposons d'aucun type d'appareil de brouillage électromagnétique capable de rivaliser avec ceux déployés par les forces russes. Pire que tout, nous sommes très vulnérables à ceux mis au point par les Russes. Les SPECTRA (Système de protection et d'évidement des conduites de tir du Rafale) qui équipent nos Rafale sont probablement insuffisamment résistants aux capacités de brouillage russes. Sil ne faut pas en tirer de conclusions trop hâtives, gardons sinon à l'esprit les problèmes constatés lors de l'opération Hamilton en 2018 (initiée pour frapper les installations chimiques supposées du régime de Bachar el-Assad). Sur les trois frégates FREMM de classe Aquitaine engagées dans la mission de bombardement des sites de Barzé et Him Shinshar, seule la frégate Languedoc a pu tirer trois missiles MdCN dans le temps imparti. Les frégates Aquitaine et Auvergne n'ont été en capacité de tirer leurs missiles qu'une fois le créneau de tir refermé (et n'en ont donc tiré aucun). La réponse avancée a d'abord été celle du problème technique « interne ». Le fait qu'un des cinq Rafale déployés dans la même nuit n'ait pas pu tirer son deuxième missile Scalp-EG était en effet lié à des carences techniques comme nos armées en connaissent trop du fait de l'écart entre les missions qu'on leur confie et les moyens qu'on leur accorde. Mais il est apparu plus tard que l'impossibilité pour nos deux frégates de tirer leurs missiles dans le temps imparti était probablement lié à la présence non loin de navires russes. Le Général Lecointre25et l'Amiral Prazuck, alors chef d’État-major de la Marine nationale avant son remplacement par Pierre Vandier en 2020, ont estimé que ces navires avaient eu un comportement inamical26– quelques jours auparavant, la frégate Aquitaine avait d'ailleurs fait l'objet d'un survol menaçant de la part d'un bombardier tactique Su-24 armé, passé tout près27. Une frégate russe de classe Amiral Grigorovitch se serait placée à portée de nos frégates avec un dispositif de brouillage électronique capable de compromettre la réussite de l'opération. Il s'agit là d'une simple hypothèse, mais celle-ci est aussi crédible qu'inquiétante.

Une expérience de terrain de plus qui confirme à quel point le spectre électromagnétique est devenu un talon d'Achille pour les armées occidentales – européennes en premier lieu – qui misent largement sur leur avance technologique, et un avantage décisif pour la Russie. La Syrie est devenue comme l'Ukraine un laboratoire pour la Russie qui y teste ses capacités dans le spectre électromagnétique. Les Russes y utilisent leurs systèmes de guerre électronique pour gêner les forces américaines. Les Krasukha-4 brouillent les radars, les radios, les canaux de commande et contrôle des drones, rendent sourds et aveugles les avions28. La Russie emploie aussi ses capacités directement sur le champ de bataille syrien : en février 2020, un système de guerre électronique (probablement Krasukha) a par exemple permis de désactiver le système de contrôle de drones utilisés par des jihadistes pour attaquer la base aérienne de Hmeimim et de les mettre hors de combat29. En Russie même, les systèmes de brouillage électronique de radars Mourmansk-BN installés sur les péninsules de Kola et du Kamtchatka sont supposés être capables d'endommager ou rendre inopérants des systèmes électroniques sur des milliers de kilomètres.

En ce début de décennie 2020, la Russie est très largement en avance dans la maîtrise du spectre électromagnétique. Une note du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (Cf2R) faisant le constat d'une suprématie russe dans le domaine estime que « il est possible que dans les 10-15 ans à venir, d’autres pays puissent rivaliser avec la Russie30 »(ce qui montre le niveau d'avance pris par les forces russes). Mais le pays le plus avancé en matière de guerre électronique après la Russie est très probablement la Chine, qui développe depuis longtemps ses capacités en GE pour pouvoir contrebalancer la suprématie américaine sur le champ de bataille. Dans l'optique de briser l'avantage technologique des forces occidentales, Moscou et Beijing mettent l'accent sur d'autres manières de les rendre sourdes et aveugles, notamment s'agissant des forces américaines. Ainsi des armes anti-satellites. En cas de conflit majeur associant l'une des deux puissances ou les deux à la fois, le plus probable est que la Russie comme la Chine aient à se battre à proximité de leurs frontières. Or, leurs capacités anti-satellitaires pourraient permettre de réduire drastiquement l'efficacité des forces américaines : celles-ci sont très dépendantes des satellites pour mener des opérations hors du territoire américain. En citant d'autres technologies que celles évoquées ici, Fabrice Wolf se demande si au global, l'électromagnétisme sera « la poudre noire du XXIe siècle31 » : c'est en effet une possibilité à long terme tant des technologies telles que le canon électrique (railgun)pourraient révolutionner le combat dans les prochaines décennies).

Mais s'agissant de la guerre électronique stricto sensu, celle qui vise au contrôle du spectre électromagnétique notamment dans le C4ISR (Command, Control, Communications, Computers, Intelligence, Surveillance and Reconnaissance), la Russie est potentiellement déjà en capacité de bouleverser les rapports de force. Et donc d'infliger de sérieuses difficultés aux forces européennes et américaines en cas d'affrontement en Europe. La Chine pourrait quant à elle être en mesure de réserver une mauvaise surprise aux États-Unis en cas d'affrontement entre les deux superpuissances. La maîtrise par la Chine de systèmes de guerre électronique capables de mettre en difficulté les forces américaines pourrait s'avérer être un l'un des Shashoujian que développerait Beijing pour retourner la situation en cas d'affrontement contre les États-Unis ou leurs alliés en Asie-Pacifique. La supériorité de la Russie en matière de guerre électronique a elle aussi tout d'un Shashoujian, capable de menacer un adversaire aujourd'hui supérieur sur le papier comme l'OTAN. Il est à parier que nous aurons sur ce point de mauvaises surprises dans les prochaines années, avec le risque d'en avoir de plus mauvaises encore en cas d'escalade militaire ou de conflit armé.



Mythes et réalités sur les capacités A2/AD (déni d'accès) de la Russie


La défense russe met particulièrement l'accent sur les « bastions stratégiques » disposant de capacités de « déni d'accès » et d'interdiction de zone ; on parle dans le jargon militaire de « bulles A2/AD » (A2/AD signifiant anti-access/area denial). Ces « bulles » reposent sur des systèmes de défense anti-aérienne de courte et moyenne portées (Pantsir, Buk, Tor) et de longue portée (S-300 et S-400, le S-500 devant entrer en service courant 2021 au moment d'écrire ces lignes après des essais très concluants) ; des systèmes sol-sol, comme les Iskander-M qui seraient équipés pour certains de têtes nucléaires tactiques, c'est-à-dire employables sur le champ de bataille ; des batteries côtières mobiles (systèmes Bastion et missiles de croisière supersoniques P-800 Oniks, batteries de courte portée Bal...). Il convient d'approfondir la question des capacités de la Russie dans ce domaine tant elle est devenue cruciale. Dans la veine du fétichisme technologique qui anime parfois le débat autour des enjeux de défense, certains think tanks et analystes ont volontairement ou non exagéré les capacités de déni d'accès de la Russie et cédé à une forme de buzz. Àen croire certaines publications peu rigoureuses, les « bulles A2/AD » russes seraient des bastions infranchissables capables de tout verrouiller dans la zone de portée de leurs missiles. Michael Kofman parle même de « threat inflationism32 » pour désigner cette surévaluation de la menace. Plusieurs travaux se sont ces dernières années attachés à relativiser l'efficacité réelle des capacités de déni d'accès développées par la Russie. Une étude publiée en 2019 par l'Agence suédoise de recherche pour la défense concluait que « les capacités A2/AD russes, bien qu'indéniablement substantielles, ne créent à ce jour pas de vastes bulles impénétrables, et les affirmations maximalistes concernant leur portée et leur précision ont tendance à s'amoindrir en y regardant de plus près33 », tout en soulignant que la menace reste très sérieuse et ne doit pas être prise à la légère dans la perspective d'une crise ou d'un conflit. Comme l'écrit Marc Chassillan peut ainsi parler d'un « parapluie anti-aérien et A2/AD très dense formés par plusieurs systèmes congruents de capacité, de portée et de nature différentes en commençant par l’inoxydable ZSU-23-4, le Pantsir, le Tunguska, le BUR et la famille S300/400/450/500. Convenablement positionnée sur le terrain, bien coordonnée par un système C4ISR et possiblement aidée par des avions de guet aérien, cette panoplie ne laisse aucun trou34 ». Sans verser dans le « threat inflationism »évoqué par Michael Kofman, nombre d'études soulignent ainsi l'efficacité des systèmes russes de déni d'accès.

Les capacités « A2/AD » russes ont fait couler beaucoup d'encre au point que d'aucuns ont inventé toute une doctrine russe en la matière qui existe surtout dans la tête d'analystes américains et d'Européens qui reprennent leurs analyses. Àl'instar d'ailleurs de la prétendue « doctrine Gerasimov » en matière de guerre de l'information, qui est une fiction occidentale forgée à partir de quelques concepts et modes opératoires russes. Tout d'abord, la notion de A2/AD est apparue stricto sensu dans le jargon de la communauté stratégique occidentale pour parler de la stratégie et des capacités de déni d'accès développées par la Chine35dans un contexte géographique bien différent de l'Europe orientale, avant d'être appliqué à la Russie. Comme l'écrit Michael Kofman, les Russes n'utilisent pas le terme A2/AD et traduisent celui-ci par la notion de « restriction et déni d'accès et de manœuvre » (ogranicheniye i vospreshcheniye dostupa i manyuvra36) ; Jyri Raitasalo rappelle lui que la Russie n'a même pas de stratégie A2/AD telle qu'on la décrit souvent37... Certes, la Russie a bien une forme de doctrine de déni d'accès mais, elle diffère de la conception occidentale du A2/AD ; il y a donc un problème de compréhension. Beaucoup d'Américains partent d'ailleurs du fait que la prétendue doctrine A2/AD russe viserait à prévenir toute intervention contre la Russie en cas de crise, dans une logique essentiellement dissuasive : grave erreur, puisque les « bulles A2/AD » déployées par Moscou ne sont pas conçues comme des barrages infranchissables, mais pour infliger de lourds dommages aux troupes de l'OTAN dont les Russes estiment qu'ils ne pourraient pas empêcher le passage en masse, seulement le retarder avec pour principal espoir une sortie de conflit rapide qui soit à leur avantage. Pour paraphraser Keir Giles et Mathieu Boulègue, qui ont démythifié la question des « bulles A2/AD » russes dans une étude38pour Parameters (journal académique de l'United States Army War College), c'est d'ailleurs la crainte de se retrouver face à des défenses russes supposément infranchissables, quand bien même elles ne le sont pas, qui pourrait dissuader l'OTAN d'intervenir dans une crise sur son flanc oriental, par exemple dans les pays baltes.

Quoiqu'il en soit, malgré de nombreuses exagérations au sujet des capacités A2/AD russes et des erreurs d'interprétation concernant les doctrines et stratégies de la Moscou en la matière, la menace reste extrêmement sérieuse et elle sera encore renforcée par le déploiement de nouveaux systèmes de défense parmi lesquels le S-500. Les capacités de déni d'accès de la Russie d'un bout à l'autre de l'isthme entre la mer Noire et la mer Baltique devraient jouer un rôle majeur en cas de crise militaire en Europe, car elles renforcent sa crédibilité dans le rapport de forces. Bien que les « bulles A2/AD » russes ne soient pas infranchissables, elles infligeront aux forces de l'OTAN des dommages très sévères et réduiront l'avantage qu'elles sont quasi assurées d'obtenir au fur et à mesure de l'arrivée de renforts américains, dans l'hypothèse où ceux-ci ne seraient pas réduits pour faire face à la Chine en Asie-Pacifique.



La trouée de Suwalki, exemple de point stratégique exploitable par la Russie en cas de crise grave


Nous avons vu que la Russie cherchait à développer des situations d'asymétrie pour réduire l'avantage des forces occidentales. Or, la géographie de l'Europe pourrait créer une telle situation en cas d'escalade des tensions ou de conflit même limité. Àtitre d'exemple, un point faible du théâtre européen capte l’attention des stratèges russes et de ceux de l’OTAN : la trouée de Suwalki. Les États baltes sont reliés à la Pologne et donc au reste de l’UE et de l’Alliance atlantique par ce corridor terrestre large d’environ 65 km : à l’est de ce passage étroit, la Biélorussie, militairement liée à la Russie dans le cadre de l’OTSC et de partenariats de défense, et qui serait au mieux neutre en cas de conflit39 , sinon du côté de Moscou ; à l’ouest, l’oblast russe de Kaliningrad, zone la plus militarisée d’Europe, qui fait l’objet d’un renforcement militaire continu depuis les années 2000 (15 000 à 30 000 soldats y seraient désormais positionnés). Le terrain, couvert de champs humides volontiers boueux, de forêts et de lacs, rend les déplacements difficiles dans la trouée de Suwalki, d’autant que la moitié de la trouée est constituée d’un massif vallonné ; plus à l’ouest ou au sud, des trésors naturels, la région des lacs de Mazurie, le parc national de la Biebrza et la forêt primaire de Bialowieza, gênent d’hypothétiques mouvements de troupe qui viendraient du reste de la Pologne. Seules deux autoroutes et une liaison ferroviaire qui seront vite la cible de bombardements russes permettent d’acheminer rapidement des troupes. Dans le cadre d’une opération militaire limitée aux pays Baltes, hypothèse de plus en plus crédible à la différence de celle d’un conflit d’ampleur continentale, les forces russes seraient largement en position de force et pourraient isoler les États baltes de leurs alliés sur une période longue.

La Russie a fait de l'enclave sur-militarisée de Kaliningrad une « bulle A2/AD » capable d'assurer un déni d'accès particulièrement efficace. Les missiles S-400 qui y sont installés peuvent intercepter avions et hélicoptères ennemis sur un rayon couvrant une large partie de la Pologne et de la Lettonie, et de la Baltique jusqu’à l’île suédoise de Gotland. Des batteries côtières dotées de missiles supersoniques SSC-5 Bastion et de SSC-1 Sepal, d’une portée respective de 300 et de 450 km, rendent extrêmement compliquée toute intervention navale. Des missiles Iskander, des batteries d’artillerie et des équipements de guerre électronique présents dans l’enclave complètent ce dispositif qui s’est dangereusement renforcé ces dernières années. Si les forces de l’OTAN souhaitent répondre à une intervention russe dans un théâtre européen, elles seront confrontées à une résistance plus intense que tout ce à quoi ont été confrontées des forces occidentales depuis la Seconde Guerre mondiale.

Durant la Guerre froide, les forces de l’OTAN et du Pacte de Varsovie concentraient leur attention sur la trouée de Fulda en cas d’invasion soviétique. Une opération dans la trouée de Suwalki est semble-t-il plus envisageable aujourd'hui que ne l'était une invasion de la RFA à grande échelle (même en prenant en compte toute la littérature stratégique de la Guerre froide qui étudiait une telle hypothèse avec le plus grand sérieux), et surtout beaucoup plus aisée pour la Russie qu’une offensive dans celle de Fulda ne l’était pour l’Armée rouge. À Suwalki, les forces russes combineraient effet de surprise, supériorité écrasante dans l’attente de renforts du reste de l’OTAN, maîtrise du terrain, capacités de déni d’accès. Si les forces russes représentent une menace bien moins grave que celles que faisaient peser les immenses forces de l’Armée rouge situées sous la Guerre froide à deux étapes de tour de France de nos frontières, leur avantage dans le cadre d’une opération dans un lieu comme la trouée de Suwalki serait paradoxalement supérieur à celui qu'avait l'URSS dans la trouée de Fulda. Une étude de la RAND Corporation40voyait les forces de l’OTAN perdre une opération dans les pays baltes face aux troupes russes qui atteindraient Tallinn et Riga en un maximum de 60 heures (ce dernier point est plausible), laissant l’Alliance face à un nombre limité d’options, toutes mauvaises, allant d’une désescalade humiliante permettant d’éviter le pire au prix de toute crédibilité, à un conflit majeur aux conséquences incalculables. Si de telles simulations sont généralement à prendre avec des pincettes, celle de la RAND a été jugée suffisamment sérieuse et étayée.

Sur le terrain, la trouée de Suwalki est depuis 2015 l'objet de simulations de combat en conditions réelles des deux côtés. Les forces de l’OTAN ont mené ces dernières années dans la trouée de Suwalki des exercices militaires (war games) internationaux, notamment à l’été 2017 où 1 500 soldats américains, britanniques, croates et lituaniens ont simulé une opération sur le terrain avec un matériel relativement limité ; la même année, l’exercice russo-biélorusse « Zapad 2017 » engageait des effectifs largement supérieurs avec plusieurs dizaines de milliers d'hommes. Depuis 2016, l’OTAN organise des rotations de forces mécanisées (4 500 combattants) entre Pologne et pays baltes, ce qui a un effet dissuasif mais ne pèserait pas lourd en cas de conflit dans la zone. Les forces du district militaire ouest russe pourraient quant à elles engager très rapidement 300 000 hommes et 450 chars opérationnels : la présence de soldats de l’OTAN que les Russes devraient combattre et vaincre sert surtout à faire grimper le risque d’une escalade militaire désastreuse et donc à réduire celui d’une agression russe. Dans une logique similaire, la présence de forces américaines près des marches européennes de la Russie s'inscrit aussi dans le cadre de la dissuasion nucléaire élargie des États-Unis, dans l'idée que les Russes n'oseraient jamais prendre le risque de tuer des soldats américains. Cependant, une réponse rapide des forces otaniennes (40 000 soldats théoriquement opérationnels) apparaît de moins en moins aisée au vu des dispositifs mis en place par la Russie et de sa capacité à envahir et défendre la trouée de Suwalki en un temps réduit. Ce corridor stratégique n'est pas en mesure de faire basculer l'issue d'une crise grave ou la conduite d'un potentiel conflit localisé, mais il fait partie des particularités géographiques capables d'influer fortement sur le cours d'une bataille s'il est mis à profit.

Face à un déséquilibre insurmontable en termes de rapport des forces sur le plan conventionnel (un déséquilibre que seul peut annuler le pouvoir égalisateur de l'arme nucléaire, dont l'emploi mettrait la Russie comme les pays membres de l'OTAN au même niveau de désolation), les armées russes ont largement travaillé la question de l'asymétrie au travers de l'exploitation des failles des forces de l'Alliance. La supériorité russe en matière de guerre électronique, les nouveaux missiles en service ou en voie de l'être au sein des forces russes et les capacités de déni d'accès de la Russie ne doivent pas être exagérées ; s'agissant de la stratégie et des systèmes A2/AD russes, ceux-ci sont souvent mal compris en plus d'être surestimés par une partie de la communauté stratégique occidentale. Les éléments qui précèdent ne sont pas non plus en capacité de faire basculer à eux seuls l'issue d'un conflit en Europe. Cependant, une utilisation habile de l'espace (par exemple, une occupation éclair de la trouée de Suwalki) couplée à l'aspect dissuasif des « bulles A2/AD » russes pourraient faire basculer l'issue d'une crise en plaçant la Russie en position de force (amenant ses adversaires à une résolution de crise avantageuse pour la Russie), ou au contraire en lui donnant la dangereuse illusion qu'elle l'est (amenant les dirigeants russes à prendre une approche imprudente, voire des risques mal calculés). Surtout, les capacités russes dans les différents domaines cités, à commencer par les moyens de guerre électronique et les missiles nouvelle génération, pourraient chacune à leur échelle constituer des « surprises tactiques » pour les forces européennes et américaines sur un champ de bataille européen, des surprises qui ne pourront être que mauvaises.

Aurélien Duchêne

Sources et notes :

1César Frezat, « La Russie à l’avant-garde des missiles hypersoniques », note du CERPA (Centre Études, Réserves et Partenariats de l’armée de l’Air) n° 214, IRSEM, avril 2019, https://www.irsem.fr/data/files/irsem/documents/document/file/3013/N%C2%B0214%20-%20Note%20-%20La%20Russie%20%C3%A0%20l%E2%80%99avant-garde%20des%20missiles%20hypersoniques.pdf

2Abraham Ait, « Russia Inducts Its Own ‘Carrier Killer’ Missile, and It’s More Dangerous than China’s », The Diplomat, 12 mai 2018, https://thediplomat.com/2018/05/russia-inducts-its-own-carrier-killer-missile-and-its-more-dangerous-than-chinas

3Fabrice Wolf, « Avec le missile hypersonique Kh47M2 Kinzhal, la Russie prend l'initiative stratégique en Europe », Méta-Défense, 9 août 2019, https://www.meta-defense.fr/2019/08/09/avec-le-missile-hypersonique-kh47m2-kinzhal-la-russie-prend-linitiative-strategique-en-europe/

4Xavier Vavasseur, « Russian Navy Test-Launched Tsirkon Hypersonic Missile For The 1st Time », Naval News, 27 février 2020, https://www.navalnews.com/naval-news/2020/02/russian-navy-test-launched-tsirkon-hypersonic-missile-for-the-1st-time/

5« Russian Navy frigate successfully test-fires Tsirkon hypersonic missile », TASS, 7 octobre 2020, https://tass.com/defense/1209579

6« SS-N-30A (3M-14 Kalibr) », Missile Threat (blog animé par le Center for Strategic and International Studies), 15 juin 2018, https://missilethreat.csis.org/missile/ss-n-30a/

7Anne Bauer, « La marine française se dote de capacités stratégiques nouvelles », Les Échos, 21 octobre 2020, https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/la-marine-francaise-se-dote-de-capacites-strategiques-nouvelles-1257894

8Igor Delanoë, « L'armée : la meilleure alliée de la Russie », Les Grands Dossiers de Diplomatie n°57, Areion Group, juillet-août 2020.

9Laurent Lagneau, « La vidéo d’un bombardier chinois doté d’une possible arme anti-navire hypersonique circule sur les réseaux sociaux », Opex360, 18 octobre 2020, http://www.opex360.com/2020/10/18/la-video-dun-bombardier-chinois-dote-dune-possible-arme-anti-navire-hypersonique-circule-sur-les-reseaux-sociaux/

10Fabrice Wolf, « La Chine aussi disposerait d'un missile aéroporté », Méta-Défense, 20 octobre 2020, https://www.meta-defense.fr/2020/10/20/la-chine-aussi-disposerait-dun-missile-hypersonique-aeroporte/

11Patrick Smith, « Perspective – Russian Electronic Warfare : A Growing Threat to U.S. Battlefield Supremacy », The American Security Project, p. 1, https://www.americansecurityproject.org/wp-content/uploads/2020/04/Ref-0236-Russian-Electronic-Warfare.pdf

12Olivier Dujardin, « Note renseignement, technologie et armement n°12 / septembre 2019, Guerre électronique : la suprématie russe »,  Centre Français de Recherche sur le Renseignement, septembre 2019, https://cf2r.org/rta/guerre-electronique-la-suprematie-russe/

13Roger McDermott, « Russia’s Advances in Electronic Warfare Capability », Real Clear Defense, 4 octobre 2019, https://www.realcleardefense.com/articles/2019/10/04/russias_advances_in_electronic_warfare_capability_114786.html

14Paul McLeary, « Russia’s winning the electronic war », Foreign Policy, 21 octobre 2015, https://foreignpolicy.com/2015/10/21/russia-winning-the-electronic-war/

15Sébastien Roblin, « Electronic warfare : The U.S. is losing the invisible fight to Russia's dominant capabilities », NBC News, 26 novembre 2019, https://www.nbcnews.com/think/opinion/russia-winning-electronic-warfare-fight-against-ukraine-united-states-ncna1091101

16Marc Chassillan, « Le renouvellement de l’offre russe de systèmes terrestres », DEFENSE&Industries n°14, juin 2020, site de la Fondation pour la recherche stratégique, https://www.frstrategie.org/sites/default/files/documents/publications/defense-et-industries/2020/14-6%28v2%29.pdf

17Roger N. McDermott, « Russia’s Electronic Warfare Capabilities to 2025 : Challenging NATO in the Electromagnetic Spectrum », International Centre for Defence and Security, septembre 2017, https://icds.ee/wp-content/uploads/2018/ICDS_Report_Russias_Electronic_Warfare_to_2025.pdf

18Ibid., p. 48.

19Joseph Trevithick, « Ukrainian Officer Details Russian Electronic Warfare Tactics Including Radio "Virus" », The Drive, 30 octobre 2019, https://www.thedrive.com/the-war-zone/30741/ukrainian-officer-details-russian-electronic-warfare-tactics-including-radio-virus

20Sébastien Roblin, « Electronic warfare : The U.S. is losing the invisible fight to Russia's dominant capabilities », NBC News, 26 novembre 2019, https://www.nbcnews.com/think/opinion/russia-winning-electronic-warfare-fight-against-ukraine-united-states-ncna1091101

21Laurent Lagneau, « Un système de guerre électronique russe dernier cri a été repéré dans le sud-est de l’Ukraine », Opex360, 5 avril 2019, http://www.opex360.com/2019/04/05/un-systeme-de-guerre-electronique-russe-dernier-cri-a-ete-repere-dans-le-sud-est-de-lukraine/

22« Finland to probe reports of Russia disrupting GPS during NATO drill », Deutsche Welle, 11 novembre 2018, https://www.dw.com/en/finland-to-probe-reports-of-russia-disrupting-gps-during-nato-drill/a-46253512

23Roman Goncharenko, « Is Russia distorting GPS signals to protect Vladimir Putin ? », Deutsche Welle, 7 février 2021, https://www.dw.com/en/is-russia-distorting-gps-signals-to-protect-vladimir-putin/a-56484479

24Sydney J. Freedberg Jr., « US Forces Untrained, Unready For Russian, Chinese Jamming », Breaking Defense, 30 octobre 2019, https://breakingdefense.com/2019/10/us-forces-untrained-not-ready-for-russian-jamming/

25Laurent Lagneau, « Opération Hamilton : Deux frégates françaises auraient été gênées par des navires russes au moment de lancer leurs missiles », Opex360, 4 mai 2018, http://www.opex360.com/2018/05/04/operation-hamilton-deux-fregates-francaises-auraient-ete-genees-navires-russes-moment-de-lancer-leurs-missiles

26Guerric Poncet, « EXCLUSIF. Syrie : les secrets de l'opération Hamilton », Le Point, 4 mai 2018, https://www.lepoint.fr/monde/syrie-les-secrets-de-l-operation-hamilton-02-05-2018-2215289_24.php#

27Laurent Lagneau, « Syrie : Un avion de combat russe a survolé la frégate « Aquitaine » de façon inamicale et dangereuse », Opex360, 10 avril 2018, http://www.opex360.com/2018/04/10/syrie-avion-de-combat-russe-a-survole-fregate-aquitaine-de-facon-inamicale-dangereuse/

28Anna Varfolomeeva, « Signaling strength : Russia’s real Syria success is electronic warfare against the US », The Defense Post, 1er mai 2018, https://www.thedefensepost.com/2018/05/01/russia-syria-electronic-warfare/

29« Russian Electronic Warfare System Brings Down Hostile Drones in Syria », Defense World, 3 février 2020, https://www.defenseworld.net/news/26265/Russian_Electronic_Warfare_System_Brings_Down_Hostile_Drones_in_Syria#.X1YMf3kzbIU

30Olivier Dujardin, « Note renseignement, technologie et armement n°12 / septembre 2019, Guerre électronique : la suprématie russe », op. cit.

31Fabrice Wolf, « L'électromagnétisme sera-t-il la poudre noire du XXIe siècle ? », Meta-Défense, 21 février 2020, https://www.meta-defense.fr/2020/02/21/lelectromagnetisme-sera-t-il-la-poudre-noire-du-xxieme-siecle/

32Michael Kofman, « Russian A2/AD : It is not overrated, just poorly understood », blog Russian Military Analysis, 25 janvier 2020, https://russianmilitaryanalysis.wordpress.com/2020/01/25/russian-a2-ad-it-is-not-overrated-just-poorly-understood/

33Robert Dalsjö, Christofer Berglund, Michael Jonsson, « Bursting the Bubble, Russian A2/AD in the Baltic Sea Region : Capabilities, Countermeasures, and Implications », site de la FOI (Agence suédoise de recherche pour la défense), 2019, p. 78, http://www.foi.se/rest-api/report/FOI-R--4651--SE

34Marc Chassillan, « Le renouvellement de l’offre russe de systèmes terrestres », op. cit.

35Luis Simon, « Demystifying the A2/AD buzz », War on the Rocks, 4 janvier 2017, https://warontherocks.com/2017/01/demystifying-the-a2ad-buzz/

36Michael Kofman, « It's time to talk about A2/AD : rethinking the Russian military challenge », War on the Rocks, 5 septembre 2019, https://warontherocks.com/2019/09/its-time-to-talk-about-a2-ad-rethinking-the-russian-military-challenge/

37Jyri Raitasalo, « Russia Does Not Have an A2/AD-strategy ! », Defence and Intelligence Norway, 24 octobre 2018, https://www.etterretningen.no/2018/10/24/russia-does-not-have-an-a2-ad-strategy/

38Keir Giles, Mathieu Boulègue, « Russia’s A2/AD Capabilities : Real and Imagined », Parameters vol. 49, n° 1–2 Spring–Summer 2019, United States Army War College Publications, juillet 2019, https://publications.armywarcollege.edu/pubs/3701.pdf

39Le dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko ayant montré des signes de distanciation vis-à-vis de Moscou, la Biélorussie pourrait renoncer à suivre son grand voisin en cas de conflit et subir une invasion pour garantir le passage des troupes russes (à l'heure d'écrire ces lignes, la contestation anti-Lukashenko a cependant forcé ce dernier à se rapprocher de son homologue russe). Dans le cas d'un remplacement du régime de Lukashenko par une équipe dirigeante moins favorable au Kremlin, ce scénario d'invasion serait également plausible, mais ni l'opposition biélorusse ni ses leaders n'ont affiché d'orientation anti-Moscou, l'écrasante majorité de la population restant sur une ligne pro-russe à la différence de celles d'Ukraine ou de Géorgie.

40David A. Shlapak, Michael Johnson, « Reinforcing Deterrence on NATO's Eastern Flank : Wargaming the Defense of the Baltics », RAND Corporation, 2016, https://www.rand.org/pubs/research_reports/RR1253.html