Quelques faits sur la dégradation des océans

Quelle est l'ampleur du carnage environnemental qui menace les océans ? Qui en sont les principaux responsables ? Quel rôle la France peut-elle jouer face à ce défi capital ?

Quelques faits sur la dégradation des océans

Quelle est l'ampleur du carnage environnemental qui menace les océans ? Qui en sont les principaux responsables ? Quel rôle la France peut-elle jouer face à ce défi capital ?

Les océans sont l'origine et la condition de toute vie sur notre Planète bleue, dont ils couvrent 71% de la surface. La très grande majorité des espèces peuplant la Terre sont marines ; les seuls grands fonds marins compteraient entre 1 et 3 millions d’espèces. Les immensités océaniques et leurs populations sont encore largement à explorer, et elles nous sont bien moins connues que l'espace proche de nous.

Mais les Océans sont mis en danger par les dégâts de l'activité humaine. La pollution et la surexploitation des océans, la dégradation de leur fonctionnement et des écosystèmes qu'ils abritent, sont moins médiatisées que d'autres enjeux environnementaux, mais relèvent de la catastrophe planétaire. La pollution des Océans, qui tue chaque année plus d'1 million d'oiseaux de mer et 100 000 mammifères marins et impacte plus de 1 400 espèces marines, s'aggrave à des niveaux insoutenables. Plus de 8 millions de tonnes de déchets plastiques sont déversées chaque année dans les Océans qui en contiennent plus de 150 millions de tonnes, coulant en profondeur dans 70% des cas, ou rejoignant au gré des « gyres » des vortex de déchets tels que le vaste « continent de plastique » qui s'est formé dans le Pacifique nord. Cette pollution de masse a des conséquences désastreuses sur les écosystèmes marins, mais aussi, indirectement, sur la santé de plus en plus d'êtres humains.

La France n'est pas la responsable de cette pollution de masse, et le monde occidental l'est beaucoup moins qu'on ne le dit souvent. Plus de 90% de la pollution plastique des Océans proviendrait de 11 fleuves situés en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, avec leurs affluents ; 5 États d'Asie du Sud-Est seraient responsables de 60% de cette pollution planétaire.

La surpêche et les pêches illégales qui ravagent les Océans sont également le fait de pays situés hors d'Europe ou d'Amérique du Nord. Plus de 29% des stocks de poisson dans le monde sont surexploités, avec de fortes variations d’une région à l’autre ; au cours des 40 dernières années, les populations d’espèces marines auraient enregistré un déclin de 39%, d'abord du fait de cette surexploitation des ressources halieutiques.

Notre pays, tout comme ses principaux partenaires européens, n'est donc pas responsable du désastre écologique qui menace les Océans. Mais la France, en possédant le deuxième territoire maritime du monde et le premier en termes de biodiversité, a une responsabilité particulière dans leur protection, renforcée par l'activisme de notre société civile et l'intérêt de nos chercheurs pour la sauvegarde des environnements marins.

La France semble toute désignée pour devenir le leader mondial de la protection des Océans, et agir en ce sens aux niveaux européen et international. La résolution des défis environnementaux se fera à l'échelle globale, et les Océans sont au cœur du sujet : la France puissance maritime doit être au rendez-vous de l'Histoire. Contrairement à ce qu'on entend trop souvent dans la bouche d'écologistes idéologues, notre pays ne joue qu'un rôle très marginal dans la destruction des océans, mais il peut contribuer à leur salut : la France a tout pour être la championne de la protection des océans !